La sono des Villains... (1)

Texte au 2011-03-29 12:26:42

 La sono des Villains... (1)
http://www.villains-massy.org/choristes/chmatos.html

La sono est un sujet difficile.  Quand on commence à traiter ce sujet, on
apprend que :


----------La 'hifi' domestique et la 'sono' de salles.

Ces deux domaines diffèrent sur de nombreux points.

* puissances mises en jeu (la puissance acoustique en un lieu dépend de la
distance à la source).

* position des spectateurs, simplicité 'suffisante' en domestique, exigeances
en sono.

* diversité des besoins (une seule personne/un très petit groupe écoutant un
CD) et plusieurs vastes groupes (choristes, public, pianiste) ayant des
besoins différents

* diversité du matériel.  Par exemple, les enceintes 'sono' indiquent l'angle
de diffusion du son.  Jamais lu en 'hifi'.  Les enceintes de monitoring,
paraissant intéressantes car puissantes, produisent un son très directif.

* robustesse au transport et à manipulation.

* longueur des câbles de connexion, réduite en 'hifi', quelques dizaines de
mètres en 'sono'.

* capacité de monter et démonter 'rapidement'.

* rendement des enceintes

* etc...


Bref, il faut oublier ses habitudes 'hifi' quand on pense 'sono'.


----------Le problème de la longueur des câbles.

C'est un problème d'électronique.  Il faut connaître (un peu) avant d'aller
plus loin.

Les transmissions de faibles distances (quelques mètres) utilisent un câble
ayant deux conducteurs, l'un des deux pouvant être un blindage.  Les
parasites ont un effet cumulatif sur toute la longueur.  C'est le câble
'asymétrique' ou 'unbalanced'.

Il correspond souvent à une prise 'jack 6.35' (ou d'autres en 'hifi').  On
n'utilise pas de prolongateurs.

Les transmissions sur longues distances utilisent un blindage pour le neutre,
mais le signal est maintenant transporté dans deux fils (torsadés, en outre),
l'un des deux étant à la masse au départ.  A l'arrivée, on mesure le signal
comme une moyenne des deux signaux des deux conducteurs, les parasites ayant
agit similairement sur les deux.  Ces câbles utilisent généralement des
prises XLR à trois broches.  Ce sont des transmissions symétriques ou
'balanced'.

Dans ce cas, on peut utiliser des prolongateurs; on peut utiliser des câbles
de 30m de long sans problèmes (juste un affaiblissement).  Dans les salles,
les micros sont branchés sur scène, sur un prolongateur allant jusqu'à la
cabine, en fond de salle.  Bien plus de 30m !

A ma connaissance, la propagation des fréquences élevées impose des câbles
particuliers, mais cet effet ne doit pas être perceptible des le cas des
fréquences vocales.  Ces câbles XLR sont d'ailleurs des câbles torsadés.

-> ne jamais faire d'économies sur les câbles et les connecteurs.

Ces câbles ont des structures complexes, sont assez fragiles :  une grande
prudence s'impose dans leur manimulation (cf.  François Yvernat -FY-, un ami
ingénieur du son)


--------Installations

L'installation d'une sono impose de choisir dans chaque cas des câbles
symétriques, ou non.

Il faut aussi savoir ce que permet chaque matériel, donc en faire
l'inventaire.

Il faut aussi lire complètement les notices, en particulier la notice de la
table de mixage (tous les manuels sont sur le site).

On peut remarquer que le manuel de la table de mixage comporte son schéma
électrique.  Ce n'est pas anecdotique :  il faut comprendre comment
fonctionne chaque prise, selon sa forme.

Il faut reprendre cette analyse avec toute nouvelle table.

Pour chaque connexion, il faut élaborer une 'stratégie'...


Les prises jack se présentent sous deux formes :
  - les prises 'mono'
  - les prises 'stereo'.

  Les prises 'stereo' permettent la connexion de deux signaux (asymmétriques)
  ou d'un signal mono (symétrique).



Le fer à souder fait partie de l'équipement standard de l'ingénieur du son!